L’APLS a reçu  quelques commentaires de ses membres ou de propriétaires demeurant au Lac des Sittelles relativement à l’installation d’une Tour Bell sur le territoire d’Austin. Comme une décision a été prise par la municipalité d’Austin à cet effet, voici la réponse que madame Lisette Maillé, mairesse adressait, le 25 mars 2014 à un citoyen concerné par ce sujet. 


COMMUNICATION DE LA MUNICIPALITÉ

Comme je l’ai expliqué lors la séance de consultation publique du 3 mars dernier, le processus de modifications réglementaires est régi par le gouvernement; nous l’avons suivi à la lettre. Bell a annoncé sa consultation publique dans les journaux comme le prévoit la loi. La municipalité a donné avis de motion pour la modification du règlement et a tenu sa consultation publique comme le prévoit la loi.

Dans sa longue étude du dossier, le conseil a considéré trois critères.

Le premier : la desserte cellulaire. La majorité des gens du secteur ont peu ou pas de réception. Or, en 2014, on considère que la téléphonie cellulaire est indispensable. C’est autant une question de style de vie que de sécurité. Doit-on satisfaire ceux qui jouissent déjà d’une bonne réception au détriment de ceux qui n’en ont pas?

Le deuxième : la santé. Le conseil aurait pu faire une longue revue de la littérature scientifique opposant les deux camps du « sécuritaire » et du « dangereux », mais un organisme indépendant l’a déjà fait en 2012 : la revue Protégez-vous qui conclut que « les données actuelles ne permettent pas de conclure que les ondes radiofréquences sont dangereuses pour la santé des individus ».

Le troisième : le paysage. Le conseil n’a pas accepté la première, ni la deuxième, ni la troisième proposition de Bell Mobilité. Il a poussé Bell jusque dans ses derniers retranchements pour obtenir la tour la moins dérangeante possible, tant par son emplacement que par sa hauteur et les normes de balisage auxquelles elle est assujettie.

Par ailleurs, selon l’Ordre des évaluateurs agréés du Québec, dans l’état actuel des connaissances, rien ne démontre que la présence d’une tour de télécommunications dans le voisinage cause la dépréciation d’une propriété. C’est plutôt le contraire qui est vrai : en l’absence d’une bonne couverture cellulaire, la propriété perd de la valeur.

En atelier de travail hier, faisant suite à votre courriel, le conseil a discuté de la question à nouveau et s’est prononcé unanimement en faveur du maintien de sa décision, puisqu’il l’a prise « en toute connaissance de cause ».

En espérant que ce qui précède apporte un éclairage instructif sur la position du conseil et sur un sujet qui ne fera jamais l’unanimité, je vous prie d’agréer, Madame, mes plus cordiales salutations.

Lisette Maillé, mairesse

Municipalité d'Austin
21, chemin Millington, Austin (Québec) J0B 1B0
Tél. : 819 843-2388  |  Tél. rés. : 819 843-4281
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.